Général

TUNING Hélico RC


Heli4.com est protégé !

 CopyrightFrance.com Depuis le 1er Octobre 2007, Heli4.com est protégé par un Copyright déposé chez le Procureur de la République à Evreux.

Méthode pour peindre la canopy (fuselage) de son Hélico


 
 

 
Par Bioris, 4 juillet 2007.

 

Comment peindre la canopy (fuselage) de son hélico RC ?


Cet article de Geed est incomplet, il manque les photos. Mais promis, il les mettra dès que ... eh bien, dès qu’il aura fait un essai sur un fuselage d’hélico ;-)


La question revient souvent, « comment faire pour personnaliser ma bulle d’hélico ? ».
En conséquence :


Heli4 is proud to
present you,


“The new way of
paint”


or “How to paint my
canopy”

Written by Geed

Enfin bref, trêve de plaisanterie, nous avons 5 minutes pour vous apprendre à peindre une coque d’hélico ou autre ! Hop au boulot !
Pour peindre une coque, tout dépends du support, de l’utilisation que vous allez en faire et de vos goûts en matière de couleurs ...

Aujourd’hui, la majorité des « coques », que ce soit des carrosseries, des bulles d’hélico ou que sais-je encore, sont en lexan transparent. Pour la déco de ce type de support, direction le chapitre « Coques en lexan transparant » après avoir lu le chapitre « principes de base » et « matériels requis ». Si votre support est différent ou opaque, comme du balsa ou autre, lisez bien l’annexe « autres supports » car les méthodes de peintures sont légèrement différentes.

Matériels requis :

JPEG - 29.2 ko
Emballage découpé

— Du temps, de la patience, des idées pour la déco et d’une manière générale du matos de marque de bonne qualité.
— Un peu de dépron, de CTP ou de balsa pour se construire un petit chantier, réutilisable c’est encore mieux.
— De la patafix
— Un espace de travail dégagé et propre pour préparer la coque
— Un espace de travail dégagé et aéré pour peindre
— Un masque pour les yeux, de ski, c’est plus drôle ...
— Un foulard pour la bouche et les narines, un six coups et une musique de western (nota : le six coups n’est pas obligatoire)
— Du liquide vaisselle, une éponge et une copine ... (ok, je sort ...)
— Du film alimentaire plastique
— Un sèche cheveux
— Des paires de ciseaux à lexan : courbés et droits (trouvables en magasin de modélisme)
— Un cutter neuf
— Une lime à ongle
— Du scotch à masquer ou équivalent (Vénilla, scotch papier, rouleau de masquage Tamiya, etc ...)

JPEG - 37.4 ko
DF4 Tuning

— Un feutre à CD, noir de préférence
— Des chiffons propres
— Des pinceaux fins de bonne qualité pour les détails, trouvables en magasin de modélisme ou d’art plastiques.
— Quelques pots de peintures à maquette ou mieux de peinture à figurines acrylique pour les détails et retouches.
— Des bombes de peintures adaptées au support à peindre.
— Du vernis maquette en bombe

Principes de bases :

REFLECHIR AVANT D’AGIR ! Avec la peinture en bombe, chaque erreur se paie cash ! Une fois la peinture terminée, vous ne verrez plus que les défauts. Donc attention, réfléchissez aux motifs, aux couleurs et à votre équipement. N’ayez pas les yeux plus gros que le ventre, la peinture demande de l’entraînement, préférez les motifs simples et les coques unies au début. Et agissez avec patience et circonspection.

- Le Plan de travail : Quand vous peignez, il est toujours rageant d’avoir la coque qui se barre en plein pendant un moment critique sous l’effet d’un coup de bombe un peu violent... Pour résoudre le problème, préparez vous un petit « chantier » sur lequel vous fixerez la coque avec des boulettes de patafix. En gros, deux planches découpées en arrondi grossier feront l’affaire. Ce n’est pas obligatoire mais carrément utile, surtout si vous peignez des bulles d’hélico de forme arrondies.

- Les protections du peintre : Les peintures en bombes sont nocives et dangereuse pour les personnes et le matériel. Donc ne peignez que dans des lieux aérés et surtout protégez-vous ! Lunettes et masque étanches sont très très très conseillés, si ce n’est obligatoire. Pensez aussi à mettre votre plus beau vieux TShirt pourris dé’la muerte ... ça évitera de bousiller votre nikeu ou votre adadasse flambant neuf.

- Les couleurs et la déco : Sachez être modeste. La beauté d’une réalisation tient beaucoup plus du choix des couleurs que des motifs. Une carrosserie de bagnole avec 25 motifs, 15 couleurs criardes et des tonnes de stickers sera horrible. Une belle bulle d’hélico jaune avec un simple liseré bleu foncé, un cockpit noir translucide et un discret autocollant « TRex 600 » sera magnifique si vous vous appliquez ... Pour vous aider à assembler des couleurs, voir interface.free.fr ça vous donnera une idée et vous convaincra définitivement que le ton sur ton genre jaune + rouge ça peut être horrible !

Pour les motifs, lâchez un peu les « tribals » et les flammes. Franchement c’est déjà vu mille fois et c’est super dur à faire pour que ça rende bien. Restez dans les motifs géométriques simples, surtout sur les hélico. Il leur faut des lignes épurées et des couleurs vives. Le style « tuning » ce n’est pas trop adapté et nuit à la visibilité ...

Justement en parlant de visibilité, quand c’est une voiture on peu se permettre de taper dans le noir ou le bleu foncé, quand c’est un hélico il en est tout autre chose. Choisissez des couleurs vives mais pas fluo, des déco simples qui permettent facilement d’identifier le sens de votre modèle une fois en vol. C’est idiot, mais parfois nous sommes tellement emporté par notre élan artistique que l’on se retrouve avec des déco inexploitables, limites camouflage une fois en l’air ! Par exemple, j’ai changé la coque de mon Blade CX², maintenant il est bleu « police », il est encore plus joli mais quand il fait beau, il se perd dans le ciel et je ne le distingue que très mal ... Pas très pratique n’est-il pas ?

- Le choix des armes : Il existe une palette de couleurs et de marques impressionnante. Le plus dur sera de choisir des bombes adaptées à la cible. En effet, chaque type de bombes de peinture est adapté à un support particulier. Par exemple, si vous peignez sur du lexan, n’utilisez que des bombes pour lexan. Si vous peignez sur de l’acier, prenez des bombes pour la déco auto ; et pour du bois les bombes prévues pour « la décoration intérieures extérieure » feront très bien l’affaire.
Dans notre cas, nous utiliserons essentiellement des bombes pour lexan de bonne qualité. Je recommande la marque Tamiya qui ne m’a jamais déçue. Leurs produits sont vraiment bon, quoiqu’un peu cher. En moyenne une bombe coûte entre 6 et 8 € suivant la couleur et le rendu. Vérifier bien le rendu, il existe plusieurs types de rendus pour une même couleur. Par exemple, le rouge Ferrari sera plus vif que le rouge normal qui sera plus brillant que le rouge mat (c’est terrifiant la logique non ?). Regarder toujours sur le bouchon et le corps de la bombe si c’est bien la couleur qui vous convient !
Une dernière chose, ne jamais croiser les rayons. Euh ..., ne jamais utiliser deux marques différentes sur une même coque. Le résultat peut être désastreux. « Désastreux » comment ? « Désastreux » genre extinction totale de la race humaine ... Ou plus raisonnablement « désastreux » genre « réaction chimique qui pue et bousille tout mon boulot ».

- La préparation du support :

En premier lieu, faites les découpes et ajustement nécessaires. Une fois la coque peinte ce sera moins facile. Placez la coque sur le châssis, repérez les perçages à faire avec un point au feutre puis percez. Limez toujours les bords découpées à la lime, ça vous évitera d’avoir une coque avec des bords affûtés et dangereux, surtout avec le lexan ! Pas besoin d’être violent, c’est juste pour « faire propre ».
Pour peindre, il faut toujours que ce soit sur un support propre et dégraissé. Sinon la peinture n’accrochera pas et s’écaillera. En règle générale, on lave au liquide vaisselle et à l’éponge douce, tout simplement. Le plus important est de bien sécher la coque après lavage. Certains préparent la coque à l’intérieur en la gratouillant légèrement avec le coté vert de l’éponge. Cela a pour but de permettre une meilleure accroche de la peinture. Il faut donc gratouiller tout doucement jusqu’à ce que la coque devienne juste translucide (masquer les vitres avant d’entamer le processus me semble une bonne idée !). Personnellement je n’utilise pas cette méthode, pour la simple raison que la seule fois où j’ai essayé, j’ai trouvé le résultat minable. Je préfère prendre mon temps avec la peinture et bien vernir une fois le boulot terminé. A vous de tester.
Une fois la coque propre et découpée, fixez avec un sèche cheveu une pellicule de film alimentaire sur le côté qui ne sera pas peint afin d’éviter les mauvaises surprises. Certaines coque, auto notamment, sont déjà protégée par un film.
En dernier lieu, si nécessaire, appliquer les masques des parties vitrées.
Maintenant, attention aux traces de doigts !

- La barbouille, grandes surface :

Vous voilà donc au stade « travaux manuels ». Avant toute chose vérifiez votre matériel et placez vous dans un endroit aéré et bien éclairé.
La peinture en bombe, c’est facile, il suffit juste de respecter ces 10 commandements :
1) Agir avec patience et circonspection.
2) Se mettre à 15/20 cm minimum de la coque.
3) Faire pleins de petits pschuit, jamais de longue pulvérisation sinon c’est la damnation.
4) Pulvériser par petits cercles.
5) Peindre des couches extrêmement fines, quasiment translucides.
6) De 6/7 minutes espacer chaque application car la peinture doit être sèche entre chaque couche.
7) La première couche sera la plus légère et la plus fine, presque invisible, elle ne se verra pas. Elle servira pour l’accroche, de tout le travail elle sera la base.
8) Comme Orangina, la peinture faut secouer, sinon la couleur elle reste en bas !
9) Quand il on change de couleur, nettoyer la buse avant de ranger la bombe. La tête en bas il faut appuyer sur le bouton jusqu’à ce que plus que de l’air il ne sorte.
10) Admirer le boulot.
Si tous ces conseils vous suivez, mauvais le résultat ne peut être !

- La barbouille, Détails :

Pour les détails, 2 écoles : Les riches qui peuvent se payer un aérographe et les pauvres qui travaillent au pinceau. Dans le cas où vous possédez un aérographe, combiné à la méthode des masques, vous pourrez obtenir un travail qualité pro sans avoir besoin de bombe. Dans le cas contraire, quelques pots de peinture acrylique pour figurine avec les couleurs primaire vous permettront de rattraper la majorité des petits défauts de la peinture. Appliqués par petites touches, la peinture acrylique ne se verra pas et effacera ces vilaines petites bavures ou autre défaut.

- Le masquage, les motifs :

Lorsque l’on commence à faire des coques de bagnole ou autre, il vaut mieux débuter par des modèles unis. Mais dès que l’on est familier avec les méthodes de peinture, on prends souvent envie de se faire des déco plus élaborées. C’est là que commencent les soucis en général ...
Avec la peinture en bombe, la méthode la plus simple pour faire de jolis motifs, reste le pochoir ou le masque. Il existe plusieurs façons de faire :

— La méthode « Vénilla » (© Geed) :

C’est un produit que l’on utilise habituellement pour recouvrir des surfaces avec un motif. Il existe du Vénilla imitation bois, imitation pierre, transparent, etc ... Dans tout les cas il se présente en grands rouleaux (environ 6/7€), très solide et très adhésif il ne laisse aucune trace lorsque l’on le retire. On dessine donc les masques ou les pochoirs sur le côté « papier » du Vénilla, on découpe, on colle sur la coque, on peint, on attends que ça sèche, on retire le Vénilla, on fait la couche suivante de l’autre couleur, etc ... puis on admire le résultat. C’est très efficace, économique et fonctionne très bien même avec les peintures très fluides.

— La méthode Scotch papier ou ruban de masquage Tamiya :

Cette méthode nécessite que la coque soit recouverte d’un film protecteur. En effet, vous dessinez directement sur ce film les motifs avec un feutre noir. Puis, en plaçant la coque devant une lumière, par transparence vous découpez au cutter le scotch qui va servir de masque que vous aurez préalablement collé à l’intérieur. Après on on peint, on attends que ça sèche, on retire le scotch, on fait la couche suivante de l’autre couleur, etc ... puis on admire le résultat. Pas très pratique, mais ça marche. Dangereux avec les peintures trop fluides, car elles vont s’infiltrer sous le scotch et faire des bavures.
Dans tout les cas, il faut bien veiller à ce que les masques ou pochoirs soient bien collés. Surtout les bords qu’il faudra bien collés en appuyant avec l’ongle. Il faut aussi que la couche de peinture soit bien sèche avant d’enlever un masque (sinon il risque d’avoir des dégâts !).

- La finition et la protection :

Une fois la peinture terminée, dans le cas d’une peinture à l’intérieur de la coque, appliqué une ou deux couches épaisses de blanc puis terminé par un vernis ou un scotch alu de protection. Dans le cas d’une peinture sur l’extérieur, toujours terminer par 2 couches au minimum de vernis brillant ou mat Tamiya pour maquette.
Avant d’appliquer les stickers, n’oubliez pas d’enlever votre film de protection ! Pour les autocollant, découpez les avec soins, c’est bien plus joli. Comme avec le scotch, chassez les bulles d’air avec l’ongle en les « poussant ».
Sinon j’aime bien terminer mes carrosseries auto ou hélico avec des détails « maquette », ça ajoute un petit « plus » et rends de suite une peinture plus « vivante ».

Coques en lexan transparent

Afin de faire simple, je vais vous résumer la méthodologie à appliquer pour peindre une coque en Lexan. Une telle coque se peint à l’intérieur, ainsi c’est plus brillant et plus joli. Pour matifier, rien ne vous empêche de passer un vernis à l’extérieur de la coque.
Il vous suffit d’appliquer tous les conseils cités dans « principes de base »

- Méthodologie :

— 1) On découpe la coque aux dimensions et formes voulues, on ébarbe les bords à la lime à ongle et on perce tout ce que l’on a à percer !
— 2) On la lave au liquide vaisselle et on sèche le tout correctement
— 3) Si la face extérieure n’est pas protégée par un film, on la protège avec du film alimentaire tendu et un coup de sèche cheveux pour le fixer.
— 4) On applique les masques prédécoupés dans du vénilla ou on place ses bandes de scotch papier que l’on taille au cutter aux formes voulues. Puis on fixe la coque dans son "chantier", prête à être peindre.
— 5) On commence par appliquer la couleur la plus foncée. Par petites couches successives entrecoupées de pause "séchage". LES PREMIERES COUCHES DOIVENT ETRE QUASIMENT TRANSPARENTES. Elles ne serviront qu’à garantir l’accroche de la peinture, pas à "peindre". Il ne faut pas négliger cette partie, sinon vous le paierez cash au premier crash.
Comptez 7/8 min de séchage par couche pour de la Tamiya, moins avec un sèche cheveux.
— 6) On utilise la même méthode en appliquant les couleurs de la plus foncée à la plus claire. Et si nécessaire en enlevant les masques correspondant à chaque couleur.
— 7) Une fois tout ça bien sec, genre quelques heures après. On applique l’ultime couche de protection. Idéalement ça sera du blanc, appliqué de manière uniforme et un peu plus épais.
— 8) Quand le blanc est sec au toucher, on enlève les derniers masques et on admire (éventuellement on vernit).
— 9) 24h se passent
— 10) On enlève le film de protection et on se dit "mince, je suis trop balèze quand même".

Autres supports : Cas d’une coque opaque (bois, plastique, acier ...) :

Nous allons peindre "à l’extérieur" de la coque donc :
— Aérographe obligatoire si l’on veut une déco élaborée.
— Apprêt OBLIGATOIRE
— Vernis OBLIGATOIRE

- Méthodologie :

— 1) On découpe la coque aux dimensions et formes voulues, on ébarbe les bords à la lime à ongle et on perce tout ce que l’on a a percer !
— 2) On la lave au liquide vaisselle et pour du plastique ou de l’acier on passe la coque à la gratounette, mais sans insister, il faut que ça soit léger. Juste pour obtenir un aspect "mat" mais pas rayé. On rince à nouveau et on sèche le tout correctement
— 3) On applique la couche "d’apprêt" blanc. Tamiya vends de l’apprêt. Cela se présente sous forme de bombe d’une peinture blanche aux propriétés très accrocheuses ! On attend qu’elle soit bien sèche avant de continuer. C’est quasi obligatoire si l’on ne veut pas que la peinture se barre au premier choc.
— 4) On applique les pochoirs prédécoupés et on commence à peindre en commençant par la couleur la plus claire. Avec des pochoirs, la peinture à la bombe c’est super difficile, c’est pourquoi l’aérographe est un gros plus.
— 5) Sur ces types de surfaces, les peintures sont en général bien plus longues à sécher, ce n’est pas 5 min entre chaque couche, mais plutôt 25/30 min minimum !
— 7) Une fois tout ça bien sec, genre quelques heures après. On applique l’ultime couche de protection de vernit mat ou brillant. On va même en faire plusieurs, ne soyons pas radin !
— 9) 24h se passent
— 10) On enlève le film de protection et on se dit "mince, je suis trop trop balèze quand même"

Voilà, j’espère que tous ces conseils vous seront utiles, ils ne s’appliqueront pas qu’au modélisme mais à la peinture à la bombe en général ! Faites nous part de vos créations et osez des choses plus originales que les sempiternelles flammes rouges et oranges sur une coque noire ;-)

Article rédigé par : Geed.


- Autre article sur la peinture sur fuselage : ici !!!



 

 
 
 
 
 
 
 
 

Comment débuter en Hélico RC ? | Fonds d’écran | Avertissement | Heli4.com | L’ambiance Heli4 | Contact

Le Groupe Heli4.com = 
Heli4.com | Forum.heli4.com | Xtreme.heli4.com | Video.heli4.com

Heli4.com - 2005/2015 - Généré par SPIP - Tous droits réservés.

 

Design par Julien EMERIAT © 2009