E-Flite – Blade MSRX

En Bref

test

Pour coller à  la mode des hélicos CP flybarless, E-Flite nous sort une nouvelle version de son Blade mSR, petit hélico FP ayant déjà  fait l’objet d’un article ici même, le mSR X en version flybarless et équipé du module AS-3X de chez E-.Flite
Ce dernier est censé encore améliorer la stabilité de ce petit FP mais aussi accroître sa vivacité. Voyons donc ce qu’il en est par rapport à  son prédécesseur.

Merci au magasin Ckado qui nous a permis de tester la version BNF.


La Boîte

En version BNF (Bind And Fly), la boite contient seulement le strict nécessaire pour quelqu’un qui serait déjà  équipé de sa radio Spektrum DSM2 /DSMX à  savoir :

— Le Blade mSR X tout monté, réglé et prêt à  voler
— 1 notice en anglais et en français (Ckado oblige)
— 1 CD de vidéos d’assemblage et de réparations (en anglais)
— 1 tournevis
— 1 hélice d’AC de rechange
— 2 connecteurs de plateau cyclique de rechange
— 4 joints toriques pour la fixation de la canopy

Il manque donc une lipo 1S de 150mAh et donc la radio ad hoc pour pouvoir effectuer son tout premier vol. Il est d’ailleurs bien dommage qu’au moins une batterie ne soit pas fournie car quelqu’un non équipé d’un autre modèle E-Flite utilisant le même type de batterie ne pourra pas faire voler son modèle sans prévoir l’achat d’un ou plusieurs de ces accus.


Caractéristiques de l’hélico

— Marque : E-Flite
— Modèle : Blade mSR X
— Type : pas fixe (FP)
— Longueur : 189mm
— Diamètre rotor principal : 181mm
— Diamètre rotor anticouple : 37mm
— Poids : 31g avec batterie
— Moteurs : 1 Coreless et 1 micro Coreless
— Batterie : 1S 150 mAh 25C Lipo (ou équivalent)
— Radio / récepeteur : récepteur intégré 2,4Ghz DSM2/DSMX
— Module flybarless : AS3X


Description détaillée

Mécanique …

Le Blade mSR X est le premier micro helico FP sans barre de Bell du marché. Il reprend l’architecture du mSR mais en supprimant la barre de bell à  45 degrés et en y ajoutant un module de stabilisation AS3X permettant de gérer les 3 axes de l’hélico à  l’aide de 3 gyroscopes (au lieu d’un seul sur le mSR).
Cette modification majeure de l’hélico est censée apporter un surcroit de stabilité en stationnaire mais aussi augmenter la réactivité en vol.

La transmission est identique à  l’ancien mSR à  savoir un moteur coreless et un ensemble pignon/couronne pour le rotor principal et un ensemble moteur coreless/hélice monté en direct drive pour l’anticouple.

Electronique …

L’ensemble électronique est totalement différent sur le mSR X par rapport à  son prédécesseur, principalement du à  l’intégration du module AS3X équipé d’un gyro 3 axes obligeant à  placer la platine dans l’axe longitudinal et non transversal comme sur le mSR. Cette platine joue le rôle d’un 4 en 1 et comprends donc :

— les deux servos de commande réduit à  leur plus simple expression (un potard, une vis sans fin et un moteur)
— les deux variateurs moteur
— le recepteur DSM2 2.4 Ghz
— le module AS3X

Les commandes restent identiques à  l’ancien mSR si ce n’est que le module de stabilisation AS3X gère à  la fois l’absence de barre de Bell ainsi que les mixages moteurs tels qu’ils le sont sur l’ancien mSR.

Une bonne nouvelle concernant le Blade mSR X c’est qu’il partage un certain nombre de pièces avec son prédécesseur dont notamment les pieds de pale, le hub, les biellettes de pas, la couronne et l’anticouple. Ainsi, si votre magasin est en rupture sur une référence mSR X, vous pourrez éventuellement vous rabattre sur la référence mSR sans avoir à  attendre le réapprovisionnement.


Le Vol

Possédant une radio JR DSX9, donc utilisant la technologie 2.4Ghz Spektrum DSM2, c’est donc sur cette radio que j’ai prévu de faire voler ce nouveau mSR X. De plus, possédant déjà  un mSR ancienne génération, ce test me permettra de vraiment me rendre compte des améliorations censées être apportées par le module AS3X.

L’appairage de l’hélico sur une radio Spektrum DSM2/DSMX reste traditionnel et se passe très simplement. Il vous faut juste

— d’abord créer un modèle avion/acro (et non hélico) sur la radio,
— brancher la lipo sur l’hélico, radio éteinte,
— attendre que l’hélico se mette à  clignoter rapidement
— pour ensuite allumer la radio tout en appuyant sur le bouton d’appairage pendant environ 3 secondes
— et enfin attendre que la led de l’hélico passe en mode fixe (cela doit prendre tout au plus une dizaine de secondes).

On débranche alors l’hélico et la radio et on est enfin prêt pour voler en rebranchant l’ensemble dans l’ordre normal (radio puis hélico).

Les premiers vols, je les ai effectués chez moi dans mon salon afin de pouvoir bien juger de la stabilité de l’hélico dans un endroit assez confiné et voir aussi si le vol est possible tel que je le fais déjà  avec l’ancien mSR.

test

Déjà , le décollage est toujours aussi facile avec cet effet de sol qui fait glisser l’hélico sur la gauche, et on sent même une légère amélioration avec un hélico beaucoup plus  » locké  » sur sa trajectoire.
Le vol en stationnaire est impressionnant de stabilité même dans une pièce somme toute petite et même pour un aussi petit hélico.

Ces premières impressions en stationnaire se confirment dès les premières petites translations qui sont ultra précises et bien moins floues qu’avec l’ancien mSR. On sent que le module 3 axes joue son rôle à  la perfection et maintien les trajectoires au mieux.
Même si l’autocabrage existe toujours un peu, surtout en marche arrière sur mon modèle, il est bien moins présent que sur son prédécesseur et semble en fait lissé pour n’apparaître vraiment qu’au bout de plusieurs secondes une fois les manches lachés et il faudra le piloter pour reprendre une position en statio propre.

De plus, comme promis par eFlite dans sa doc, la réactivité est aussi accrue et ce petit FP répond immédiatement aux moindres sollicitations des manches de la radio. Le vol en translation est donc beaucoup plus précis et stable mais aussi plus difficile du fait qu’il n’est plus aussi  » autostable  » et est nettement plus réactif. Ainsi avec l’ancien mSR, il suffisait de relâcher les manches pour le voir se stabiliser assez rapidement alors que là  le mSRX continuera sur sa lancée sur plusieurs mètres avec de bonne chance de rencontrer un obstacle tel qu’un mur par exemple. Il faut donc tout le temps le piloter pour le tenir et éviter qu’il ne s’échappe.

test

En définitive, le pilotage en intérieur est à  la fois plus stable mais aussi plus difficile du fait de la réactivité accrue et on se rends vite compte à  quel point les murs sont très proches. Cela augure de bonnes choses pour le vol en extérieur (voir ci-après) ou en intérieur mais dans un espace approprié tel qu’un gymnase.

Justement,n’ayant pas de gymnase facilement accessible à  proximité, je me contenterai de tester le Blade mSR X en extérieur même si ce n’est pas son espace de prédilection. De plus, habitant dans une région très régulièrement ventée, cela n’a pas été simple de trouver le bon moment pour pouvoir effectuer quelques vols.
J’ai pu finalement profité d’un jour à  peu près calme pour essayer ce petit moustique à  mon club.
Quelques lipos plus tard, je suis assez surpris de ses bonnes capacités à  voler en extérieur et très content du résultat qui est quand même bien meilleur que mon ancien mSR et ce sur beaucoup de points dont notamment l’anticouple. Sur mon modèle, néanmoins, les marches arrières restent les moins faciles à  gérer principalement du à  un retour de l’autocabrage très (trop ?) rapide. Peut-être un réglage à  revoir…


Vidéo


Conclusion

En définitive, même en extérieur (si le vent le permet), ce petit FP se pilote avec plaisir et on se prends rapidement au jeu de vouloir faire de belles translations, virages, renversements, funnels et autres figures habituellement réservées aux CP.

Le Positif :
— Comportement
— Vivacité
— Système flybarless AS3X bluffant d’efficacité
— Qualité de fabrication
— Solidité

Le Négatif :
— Pas d’accu dans la version BNF !
— Autocabrage en marche arrière (propre à  mon modèle ?)

Il est donc un parfait modèle de transition entre le birotor et avant le passage au CP. De par sa vivacité associé à  sa stabilité des trajectoires, principalement favorisé par son module flybarless AS3X, il permettra de vite progresser dans l’apprentissage du vol en hélico et surtout de s’affranchir de certaines appréhensions propre à  ce type d’engin volant.


Où acheter un Blade MSRX ?

Ce blade MSRX nous a été offert par le magasin Ckado.com
– Lien pour voir la page de cet hélico : Cliquez ici !!!


Pour en parler…

Si vous souhaiter réagir à  cet article ou échanger sur ce modèle, Cliquez ici !!!